Feeds:
Articles
Commentaires

Daniel Day-Lewis est un géant.

Publicités

Les mécréants d’Hollywood

Hollywood est définitivement un monde à part. Capable de produire des nanars intersidéraux comme des blockbusters à la mécanique parfaitement huilée, de faire émerger des pépites underground comme de prolonger des franchises auxquelles plus personne ne croît, de livrer les plus grands films de tous les temps comme comme ses plus affligeants, de révéler les plus grandes stars du grand écran, qu’elles soient éphémères ou à la longévité plus solide, de soutenir les projets les plus conventionnels ou les plus fantaisistes… Hollywood est définitivement un monde à part. Dans cette impitoyable jungle où un nombre incalculable de films et de carrières finissent aux oubliettes, certains ont fait de l’échec une mauvaise habitude. Gros plan sur quatre personnalités distinctes mais qui sont toutes marquées du sceau de l’infréquentabilité.

Lire la suite »

Pour Penelope.
Pour le dialogue.
Pour la BO.
Pour « Look at us, I’m frozen and you’re dead. »
Pour les kleenex dont j’ai besoin à chaque fois.

Envoyé par Victor Jolyot.

La présence de « Jeux de pouvoir » dans les salles, formidable thriller politique qui nous embarque dans une sombre affaire de meurtre sur fond d’adultère et de manipulation militaire, nous pousse à revenir sur quelques uns de ces journalistes mis en avant au cinéma. Un top 10 de plus qui, autant vous le dire tout de suite, a pris le parti de ne pas citer Peter & Steven, l’improbable duo qui enquêtait sur la mort de Georges Abitbol dans le must have « La classe américaine ».

Lire la suite »

Le cinéma est rempli de clichés, ce n’est pas nouveau. Aussi bien dans le cinéma français (mais il est préférable de laisser mon compère Mehdi pour en parler) que dans le cinéma américain.  Nous nous sommes tous déjà dit un jour : « Non mais ils sont sérieux là? Il a combien de balles dans son chargeur le gus? » sans oublier le fameux coup du « Taxiiii! » qui, lorsqu’il est bien lancé, arrive à capter une voiture jaune à l’autre bout du block (ouais, parce que ça fait plus ‘in’ de dire block en fait).

A l’occasion des MTV Movie Awards, un trio de choc s’est formé pour tourner en dérision un scène classique des films d’action : la scène de l’explosion. A quoi bon en parler, laissons le génie d’Andy Samberg, le feu de Will Ferrell et la classe nerdienne de JJ Abrams agir. Du grand n’importe quoi, comme on l’aime.

 

  Lire la suite »

Pourquoi cette scène ? Un peu pour le monologue d’entrée de Pacino, beaucoup pour la mine de chien battu qu’il affiche lorsqu’il reconnaît Gail qui danse et énormément pour le regard stupéfait que lui lance Penelope Ann Miller, toute chamboulée de le voir (re)débarquer dans sa vie.

Quoi ma gueule ?

Souvent, les comédiens déclarent qu’il est beaucoup plus intéressant pour eux d’interpréter un méchant au cinéma, de préférence un psychopate complètement sadique histoire de pouvoir laisser libre cours à leur imagination et de réellement s’éclater. Certains acteurs semblent justement faits pour ça, gueule de l’emploi oblige. Qu’ils aient un faciès flippant, un rictus angoissant ou un regard perçant, ils seraient capables de nous faire rebrousser chemin si on venait à les croiser à minuit dans une ruelle peu éclairée. Gros plan sur quinze d’entre eux.

Lire la suite »